Halima Oulami a commencé de trouver des possibilités comment on peut militer pour les intérêts des femmes et filles du quartier. Entre 2000 et 2003, elle a assuré la formation de 70 filles qui, après avoir abandonné leurs études à la fin du niveau préparatoire, se sont inscrites dans des Maisons de Jeunes, afin d’y poursuivre une formation professionnelle en couture.

Son intervention a consisté à assurer une formation complémentaire à ces jeunes filles, issues pour la plupart du quartier. Le contenu de cette formation était basé sur une initiation juridique et droits humains de façon à leur permettre de mieux s’intégrer dans la société.

En 2003, Oulami a décidé de cadrer ce travail d’une façon professionnelle par la création d’une première association féminine dans le quartier de Sidi Youssef Ben Ali.

Ensemble avec quatre alliés, trois femmes et un homme, elle est allée aux autorités locales pour enregistrer la fondation de l’association. Là commença un autre combat – celui de convaincre tant les autorités que la population de ce que c’est cette association qui forme les jeunes associations dans la région pour défendre les droits humains de la femme.

Bienvenue association de la femme en difficulté

Cependant, le groupe de militants a surmonté les obstacles et réussit la création d’El Amane. Ensuite, l’association a commencé son travail par tenir des manifestations de sensibilisation et d’offrir des séances sur le droit dans la Maison de Jeunes. Dès le début, il y avait nombreuses bénévoles qui soutenaient le travail de l’association

C’était en 2004 qu’El Amane a reçu un propre siège et a commencé d’offrir une première formation de couture. En plus, on a réalisé des cours d’alphabétisation pour améliorer l’éducation des filles et femmes.

En 2005, le Centre d’Écoute a ouvert ses portes pour aider les femmes dans les situations difficiles et leur offrir le suivi psychologique et juridique.

 Dans les années suivantes, l’association a réussi d’enrichir étape par étape son service par offrir plus des formations professionnelles et des autres activités comme les caravanes, le plaidoyer et des conférences pour les étudiantes. La sensibilisation était offert dans niveaux différents comme le problème de la violence, les droits humains et en particulier de la femme, et les moyens de lutte contre les maladies transmit par le rapport sexuel et le SIDA.

En 2012, le Centre d’Hébergement a accueilli les premières femmes en situations difficiles qui ont eu besoin de plus que le suivi dans le Centre d’Écoute, notamment un endroit sécurisée.

Aujourd’hui, l’Association El Amane travaille dans le domaine du renforcement des femmes aux nombreux niveaux.

En plus d’un grand choix des formations professionnelles et cours pour les femmes, El Amane organise des formations pour autres associations sur le travail associatif et le plaidoyer pour développer les droits de l’homme au Maroc.

L‘AEDF maintiens des coopérations avec partenaires différents, parmi des ONGs et associations nationales et internationales, des autorités locales et des écoles dans la région.

Plusieurs fois pendant l’année, l’association organise des manifestations variées sur les droits de femmes et des autres sujets sociales.

Au niveau national, El Amane lutte pour l’amélioration de la situation légale des femmes en général et pour l’introduction d’une loi spécifique contre la violence à l’egard de la femme.

Le Centre d’Hébergement s’est élargi et abrite des femmes en situations difficiles en grand nombre chaque mois.

Fermer le menu
×